Une française à Munich

Les plages le long de l'Isar en plein coeur de Munich
Les plages le long de l’Isar en plein coeur de Munich

Salut tout le monde, ça va faire maintenant un peu plus de deux mois que j’ai pris mes quartiers à Munich. Et même si ce n’est pas le bout du monde, je peux vous dire que la vie y est TRÈS différente.

Pour commencer, il faudrait que je vous parle de cette passion pour la bière qu’ont tous les bavarois.

Sérieusement, ça sonne tellement cliché, mais quand je vous dis que j’ai même vu des gens boire de la bière à l’OPERA (sacrilège !!!)  c’est que c’est vraiment du sérieux.

J’ai l’impression que c’est un peu leur religion ici, vous trouvez des Biergartens partout dans la ville.

Oui, vous venez de lire un mot en allemand, on ne s’inquiète pas la traduction arrive ;)

Alors les Biergartens si l’on traduit littéralement ça donne « jardin de bière » (ça vend du rêve, n’est-ce pas ?)

Ce sont des endroits où vous trouvez de grandes tables en plein air entourées par des stands de bières. Vous achetez votre pinte et vous pouvez ensuite vous asseoir entre amis, en famille, peu importe l’important c’est de passer un bon moment !

Petite parenthèse historique (la relouuuu… oui mais c’est le moment ou jamais de transmettre les deux trois-trucs que j’ai appris, nan ? )

L’origine des Biergarten remonte au Moyen-Âge. Le fait que ce soit en plein air permettait aux gens de ramener de quoi manger, et d’acheter uniquement à boire sur place.

(okay, j’avoue je m’entraine à faire la guide touristique pour l’arrivée prochaine de mes amis français).

Sans rire, c’est vraiment bizarre au début de découvrir toutes ces petites particularités culturelles et de voir les différences avec la France.

La toute première réflexion que je me suis faite en arrivant par exemple, c’était  « oh mon dieu cette ville est beaucoup trop CALME ».

Bon déjà, parce que ça circule super bien, donc vous entendrez très rarement des klaxons de conducteurs un peu trop pressés qui rêvent d’un monde sans embouteillages (venez à Munich les gars !!)

Ensuite, les rues sont plus larges qu’à Paris ce qui donne cette étrange impression de vide, même les métros ne sont jamais vraiment bondés (sauf les jours de match du Bayern où tout le monde va au stade qui est bien évidemment situé sur ma ligne sinon c’est pas drôle. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis faite avoir et ai fini recroquevillée : ambiance rer A aux heures de pointe, petit feeling d’être comme à la maison wouhou !)

Et puis le soleil a pointé le bout de son nez, et je suis allée me balader dans le plus grand parc de Munich (pour vous donner une idée c’est l’équivalent en superficie de central parc à New York) et là je les ai trouvés !

Tous les jeunes (et moins jeunes d’ailleurs) assis sur les pelouses, ambiance je fais tomber la chemise pour faire un Foot/Frizbee/NimporteQuelSportDuMomentQueJePeuxFaireTomberLaChemise (okay je m’éloigne du sujet)

Donc là, j’ai enfin compris que l’endroit parfait où se poser dès qu’il fait beau c’est l’Englisher Garten.

Lieu de rencontre des jeunes comme des familles c’est vraiment le spot où passer ses après-midis.

Ah, et grosse différence aussi, dès qu’il fait plus de 20 degrés, il y a plein de gens en maillot de bain et ça, ça m’a fait halluciner, parce que okay, il faisait chaud j’avais laissé mes collants au placard, mais, de là à se mettre en maillot de bain ?

J’essayais de m’imaginer la même scène aux Tuileries genre, toutes les parisiennes en bikinis face à la pyramide du Louvres, juste parce qu’il fait 23 degrés ? bizarrement ça collait pas trop…

En tout cas un truc à faire au Englisher Garten c’est de suivre le fleuve jusqu’à arriver à l’entrée la plus au sud pour voir la Vague !

Oui vous avez bien lu, une vague, je sais pas comment elle se créer mais en tout cas les gens surfent dessus et c’est le spot de surf de Munich !

IMG_1283 (1)
Les surfeurs au Enliser Garten

Toute l’année vous pouvez voir un petit attroupement autour du seul    spot de surf de ce genre et c’est vraiment un truc à aller voir. Bon par contre, je déconseillerais aux novices de s’essayer au surf ici, mais pour les surfeurs plus avisés c’est vraiment cool. Et puis ça donne lieu à des images tellement uniques, comme de voir des personnes se trimballer avec leur planche de surf sous le bras alors que la plage la plus proche est à des centaines de km. À ce moment là tu n’as qu’une envie c’est de lui crier « tu t’es perdu mon coco je t’assure que l’Atlantique tu peux pas y aller à pied d’ici !!  »

En se baladant dans le parc, on se rend aussi compte à quel point tout le monde ici est ultra sportif.

À toute heure, on les voit faire leur jogging ou leur petit tour de vélo en famille, pendant que vous êtes tranquillement en train de vous remettre de votre soirée Erasmus de la veille…  enfin la vie nocturne, je vous en parlerai plus longuement dans un prochain post, c’est encore une grosse différence avec Paris.

Un autre truc qui surprend en arrivant en Allemagne, ce sont les transports.

Il n’y a aucune barrière dans le métro, on y rentre comme dans un moulin. Alors en tant que bon français vous allez me dire c’est super facile de frauder du coup ?  Et bien il vaut mieux être prudent car les contrôleurs ici sont systématiquement habillés en civil et ce n’est qu’une fois les portes fermées qu’ils procèdent au contrôle, c’est tellement fourbe ! Je comprends mieux pourquoi ils achètent systématiquement leur ticket du coup…

Enfin, les premières semaines ce qui me manquaient le plus, c’était les cafés français, enfin plus précisément les terrasses de cafés où l’on passe des heures à refaire le monde avec ses amies, vous voyez ?

Il y a beaucoup moins de terrasses ici et il fallait que je trouve les bons quartiers. Finalement en cherchant bien j’ai trouvé plein de cafés sympas dans le style hipster/indie où les clients ont troqué leur bière pour des jus bio pressés et mangent végétarien, Amen (ahah j’exagère à peine).

Il y a vraiment les deux extrêmes ici en fait. A la fois la cuisine traditionnelle bavaroise c’est vraiment calorique (après ça vous pouvez  vous inscrire pour Koh-Lanta en toute sérénité), à la fois il y a des dizaines de restos et de magasins bio ou veggie. Pareil, il n’est pas rare de croiser les étudiants avec leur litre d’eau sur eux et  de les voir manger des fruits en guise de snacks  (pendant que vous bavez devant le distributeur automatique).

Mais je me dis que s’ils sont autant à fond dans le sport, c’est simplement pour compenser toute la charcuterie et les litres de bières qu’ils ont bu la veille (ou bien est-ce que cette théorie serait purement pour me sentir moins coupable d’avoir craqué sur le Twix qui me faisait de l’oeil à travers la vitre du distributeur ? )

En tout cas, une fois les spécificités du lifestyle munichois intégrées on s’y sent plutôt bien (j’entends d’ici ma mère qui me rappelle gentiment  » je te l’avais bien dit ! »). Et on en finit jamais de s’ébahir devant les différences entre l’Allemagne et la France dans le bon comme dans le mauvais sens du terme d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s